Après des vacances de fin d’année inoubliables à Cotonou, il était temps pour moi  (début Janvier), de  retourner m’isoler dans mon village de Tchaourou et ainsi me remettre au travail (la conception du site de l’ONG adef).

Je ne m’en étais pas encore rendu compte, mais quel contraste. Sans vouloir vexer les habitants du coin, l’ambiance n’est vraiment pas la même. Cotonou est une ville relativement cosmopolite et ouverte d’esprit, contrairement à Tchaourou, ou les blancs que nous sommes (Jeanne et moi) sont sollicités toutes les 2 secondes
Pour rappel, le Bénin est composé de plusieurs ethnies et donc de langues propres. Au sud et notamment à Cotonou, on trouve principalement les Fons. Au nord, à Tchaourou il y a une majorité de Nagots, mais aussi des Peuls, des Yorubas…

Malgré tout j’ai eu le sentiment de revenir à la maison. Les gens de Tchaourou ainsi que mes collègues m’ont d’ailleurs fait sentir que mon retour était attendu et apprécié !

Dès mon arrivée je me suis rendu comme je l’avais déjà fait auparavant dans la famille de Denis, le mari de Ganiath, ma collègue à adef. Nous partons donc en moto vers le village d’Ogoutedo,
Ayant anticipé la question récurrente : «Qu’est-ce que tu nous a ramené», j’avais acheté à Cotonou une galette de l’Épiphanie dans l’optique de tirer les Rois.
Après un repas classique (Igname pilée / viande) j’ai donc sorti la tarte à la frangipane que j’avais quand même acheté à un prix assez élevé.
Je commence donc comme me l’a si bien appris ma grand-mère à partager équitablement pour tous les membres de la famille…sauf qu’ici la famille à un tout autre sens !
Je me retrouve donc à faire des parts minuscules, charcutant la tarte qui n’était d’ailleurs pas exceptionnelle.
Étonnement, cette famille en majorité catholique n’avait jamais célébré cette fête religieuse. Pour moi c’était surtout l’occasion de transmettre une tradition conviviale et familiale.

 

Selon la coutume je propose au plus jeune de choisir les parts de chacun.
C’est finalement Cécilia, la cousine d’Henadad (la fille de Ganiath et Denis) qui trouve la fève et devient ainsi la Reine des Nagots !!

La Reine et son sceptre

 

Pour compléter cet article, je vais simplement vous montrer quelques photos qui montrent un aperçu de mon quotidien dans le nord du Bénin : une voiture trop chargée, un camion encastré, le jardin que Denis a cultivé, l’igname pilée…

 

Categories: Association, Général, Non classé

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.